linkspartei Politik Partei Presse Links Kontakt Shop Service Ende der Hauptnavigation
17. August 2005

Parti du socialisme démocratique en République fédérale d'Allemagne, la Gauche.PDS

Qui sommes-nous?

Parti du socialisme démocratique en République fédérale d'Allemagne, la Gauche.PDS (Die Linkspartei.PDS) est le parti de la justice sociale, d'esprit antifasciste luttant contre le racisme, l'antisémitisme et l'extrême droite. Restant fidèle à ses origines, il est un parti résolument anti-guerre.
Dans les assemblées élues et en dehors de celles-ci, la Gauche.PDS s'engage en faveur de la répartition des richesses sociales d'en haut vers le bas de la société, en faveur d'un développement branché sur les préoccupations des citoyens en Allemagne, en Europe et dans le monde. Il s'agit d'un développement reposant sur l'autodétermination des citoyens qui pèsent eux-mêmes sur le cours des choses. La Gauche.PDS est représentée dans de nombreuses assemblées à l'échelle municipale comme dans les parlements des Länder est-allemands. En 1990, le PDS, comme la Gauche.PDS s'appelait auparavant, est entré, pour la première fois, avec ses députés au parlement national où il a su porter sa représentation au statut du groupe parlementaire en 1998.
Avec sa douloureuse érosion électorale aux législatives 2002 il a perdu son groupe au Bundestag. Grâce aux mandats directs, le PDS d'antan y compte en ce moment deux députées - Gesine Lötzsch et Petra Pau. Cependant, nous ne délaisserons pas nos deux députées seules et nous reviendrons lors des élections parlementaires anticipées (18 septembre 2005) en tant que groupe parlementaire renforcé au parlement national.

Qu'est-ce que le socialisme?
v Le socialisme avec tout ce qu'il représente pour moi trouve sa définition dans notre programme du parti adopté en octobre 2003: son objectif incontournable est une société où le libre développement de chacun va devenir la condition du libre développement de tous. Un mouvement dirigé contre l'exploitation de l'homme par l'homme, contre l'oppression patriarcale, contre le pillage de la nature, pour la sauvegarde et l'épanouissement de la culture humaine, pour la valorisation des droits de l'homme dans une société où les citoyennes et les citoyens règlent démocratiquement leurs affaires. Selon nous, le socialisme englobe un système de valeurs dans lequel sont inséparablement liés la liberté, l'égalité et la solidarité, l'émancipation humaine, la justice sociale, la sauvegarde de la paix et de l'environnement.
Lothar Bisky, président du PDS (depuis le 17 juillet 2005 La Gauche.PDS) 1993-2000 et depuis 2003

L'origine

Pour réaliser une gauche de toute l'Allemagne (Gauche fédérée avec le WASG - alternative électorale pour l'emploi et la justice sociale - et d'autres forces de la gauche) à plus long terme, le PDS a-t-il changé de nom en "La Gauche.PDS" en juillet 2005. Issu du SED fin 1989, le Parti compte actuellement quelque 62 000 adhérents, les 95% des anciens membres du SED n'y ayant pas adhéré. Ont majoritairement rejoint le parti ceux qui les dernières années de l'existence de la RDA avaient reconnu la nécessité des changements radicaux.
Les pressions des membres du parti étaient alors très fortes pour faire convoquer le Congrès extraordinaire. Réuni en décembre 1989, le congrès se reconnaît dans les principes du socialisme démocratique en rompant avec le stalinisme. Depuis 1990 25 000 jeunes et personnes d'un âge avancé sont venus rejoindre les rangs de la Gauche.PDS à l'Est comme à l'Ouest de l'Allemagne. Dans les Länder de l'Ouest il y a en ce moment 5 500 nouvelles adhésions.

Les circonstances présentes

La Gauche.PDS assume son passé et sa co-responsabilité dans les erreurs, défaillances, voire dans les crimes commis au nom du socialisme et du communisme. Le Congrès extraordinaire de 1989 a présenté ses excuses de la politique funeste pratiquée par les dirigeants du SED, excuses réitérées en multiples occasions. Le parti veut donner force politique à la volonté de changement de la société uniquement par la voie démocratiquement légitimée en gagnant des majorités démocratiques. La Gauche.PDS est fermement décidée à faire fructifier son exigence de voir élargir la représentation dans les assemblées au-delà des militants des partis politiques en proposant des "listes ouvertes "avec des candidats sans parti aux élections européennes, législatives, régionales et municipales.

L'avenir

Chômeurs, ouvrières et ouvriers, employés, fonctionnaires, étudiants, apprentis, médecins et médecins femmes, professions libérales et entrepreneurs comme bien d'autres s'inscrivent à la Gauche.PDS à l'Est comme à l'Ouest du pays. Si son électorat est surtout jeune, ses membres sont encore plutôt d'un âge avancé. A l'échelle fédérale il y a 4 000 élus municipaux de la Gauche.PDS, dont - signe prometteur - 173 mandats à l'Ouest. De plus, deux conseillères générales et plus de 160 maires et maires femmes sont investis d'un mandat de la Gauche.PDS. S'y ajoutent 22 fonctionnaires élus municipaux et environ 1 300 mandataires dans les assemblées cantonales. Le parti dispose d'importants groupes parlementaires au niveau des Länder est-allemands. Il participe au gouvernement régional de Mecklembourg-Poméranie avec deux ministres et une ministre et avec deux sénateurs et une sénatrice à celui de Berlin tout en étant en coalition avec le SPD. Les mandataires de la Gauche.PDS ayant le sens de la responsabilité interviennent pour être utiles aux citoyennes et citoyens. Nous redoublons d'efforts à faire vivre nos idéals politiques au sein des assemblées parlementaires et à l'extérieur de celles-ci.

La structure

La Gauche.PDS est composée de 16 fédérations régionales avec des comités directeurs et des espaces de communication installés dans tous les Länder. Les fédérations régionales regroupent des organisations cantonales et municipales, recouvrant l'ensemble du territoire est-allemand et toutes les grandes villes à l'Ouest. Contrairement aux autres partis, la Gauche.PDS accorde d'importants droits aux sympathisantes et sympathisants. Ceux qui ne se décident pas encore à s'inscrire au parti ont le droit de coopérer dans les structures du parti jouissant même du droit de vote sur beaucoup de sujets. Les comités directeurs sont élus démocratiquement à tous les échelons et visent une proportion des femmes d'au moins 50%. La part des femmes en politique municipale est la plus élevée à la Gauche.PDS tout comme chez les Verts, où il y a une forte participation féminine au sein des groupes parlementaires et des directions.
Le Congrès fédéral est l'organe suprême de la Gauche.PDS qui se réunit tous les deux ans. Les délégués sont incités de participer activement au travail du parti et ainsi le Congrès peut-il se tenir plusieurs fois dans sa législature. Dans l'intervalle des congrès le Comité directeur fédéral, qui est conseillé et contrôlé par le Conseil du parti assume la direction politique.
Outre les structures régionales, il y a de nombreux groupes de travail et initiatives d'intérêts, par exemple "la santé et les questions sociales", "les entreprises et les syndicats", "la paix et la politique internationale", "la politique autonome des handicapés" ou bien d'autres communautés défendant les droits des homosexuels, lesbiennes, femmes et immigré-e-s. Des plates-formes ou bien des courants comme ceux des communistes et des écologistes, puis le Forum marxiste proposent leurs idées et réflexions.
La communauté des chrétien-ne-s au sein du parti adopte le raisonnement de l'archevêque protestant Albrecht Schönherr: " La solidarité chez les marxistes et l'amour du prochain chez les chrétiens s'accordent l'une avec l'autre."

Pour la justice sociale en Europe

La Gauche.PDS fait partie des membres fondateurs du Parti de la Gauche européenne (mai 2004) et s'engage pour la coopération internationaliste - non seulement en Europe. Le Parti est représenté au parlement européen depuis 1999 ; ses actuellement sept députés font partie du groupe confédéral de la Gauche unie européenne/Gauche verte nordique. Approuvant l'intégration européenne, la Gauche.PDS comprend l'élargissement de l'Union européenne comme un facteur majeur de la paix et de la stabilité sur notre continent. Aujourd'hui, plus que jamais, il faut que l'UE élargie deviendra une "Europe citoyenne" où les décisions sont prises démocratiquement avec la participation de tous les citoyennes et citoyens européens, de proximité et en toute transparence. Cette Europe misant excessivement sur le marché et la concurrence ne sera pas en mesure de faire face aux défis de l'avenir. Cependant l'argent - l'euro - et la logique prédominante du marché et de la compétition ne privilégieront pas le processus d'union en Europe. Ainsi voulons-nous changer de cap pour construire une Europe sociale où le potentiel du marché soit générateur d'emplois. Nous ne voulons pas que l'Europe devienne une puissance militaire intervenant dans les conflits internationaux dans le monde. Nous nous efforçons de faire vivre une communauté d'Etats civils qui pratique la solidarité envers les pays du Sud. Uniquement une telle politique pourra aussi aider à écarter la violence et le terrorisme. Pour cette raison, la Gauche.PDS a-t-elle rejeté la Constitution européenne même si elle y reconnaît le progrès envers les traités existants d'Amsterdam et de Nice. Nous devrons réaliser une autre Europe en formulant des propositions alternatives concrètes pour que ces dimension politiques que nous visons deviendrons réalité.

Parteivorstand der Linkspartei.PDS
Kleine Alexanderstraße 28, 10178 Berlin
Télé.: +49 (0)30 24009-0, Fax: +49 (0)30 2411046
www.sozialisten.de

Referat Internationale Verbindungen/ Internationale Politik
Télé.: +49 (0)30 24009-426, Fax: +49 (0)30 24009-425
e-mail: fip@linkspartei.de  

International
ERWEITERTE SUCHE SUCHE